Gouvernance de la formation professionnelle

Dirigée par le professeur Patrick Emmenegger (Université de Saint-Gall), la leading house GOVPET a commencé ses activités en juillet 2015, en coopération avec l’université de Lausanne, l’IFFP de Zollikofen et l’université de Cologne. Elle se consacre pour l’essentiel à l’analyse comparative de la gouvernance dans le domaine de la formation professionnelle.

Le programme de recherche de la leading house étudie les formes spécifiques de gouvernance dans les systèmes de formation allemand, autrichien, danois, néerlandais et suisse. La leading house analyse les modalités permettant d’assurer non seulement la stabilité des coopérations décentralisées malgré les risques constants d’interruption de celles-ci, mais aussi le maintien de la motivation des acteurs privés appelés à collaborer sur un mode collectif dans le domaine de la formation professionnelle. La leading house s’occupe également de la question de savoir comment les systèmes de formation professionnelle duale peuvent être adaptés aux nouveaux défis et quels sont les intérêts qui prévalent lors de la réforme de ces systèmes. Enfin, le programme de la leading house porte sur les dispositifs étatiques incitant les acteurs privés à étudier de leur propre chef les questions intéressant l’ensemble de la société, malgré l’absence apparente d’intérêt à court terme pour ceux-ci, notamment en ce qui concerne l’intégration de personnes défavorisées dans la formation professionnelle.

Ces trois axes de recherche sont examinés en détail au travers de dix projets concrets. La première partie du programme analyse les différents niveaux de coopération dans trois sous-projets. Deux d’entre eux examinent la coopération décentralisée en Suisse, en s’appuyant sur l’exemple des organisations du monde du travail (OrTra) qui sont primordiales pour la formation professionnelle duale. De plus, une banque de données de toutes les OrTra responsables d’une formation est créée dans le cadre de ces projets. Le troisième sous-projet analyse la coopération décentralisée dans différentes régions de Suisse, en mettant l’accent sur le rôle des institutions étatiques et collectives dans les zones frontalières.

Trois autres sous-projets examinent, sur la base d’une comparaison internationale, comment les systèmes de formation professionnelle duale sont adaptés aux nouveaux défis. Ceux-ci comprennent des processus fondamentaux de la société tels que l’évolution démographique, la numérisation et la mondialisation. Les trois sous-projets se concentrent sur différents acteurs et divers aspects du système de formation professionnelle. Ils traitent de la réforme de la formation initiale de deux ans (ancienne formation élémentaire), de la formation initiale de trois ou de quatre ans et de la formation professionnelle supérieure.

Enfin, la leading house GOVPET se penche sur la manière dont les Etats incitent les acteurs privés à inclure également dans leur stratégie et leur action des objectifs intéressant toute la société. Dans cette optique, une étude de cas est menée sur l’inclusion des personnes défavorisées dans le système de formation. Quatre sous-projets examinent plus en détail différents aspects. L’un d’eux recense et analyse les moyens et les instruments existants susceptibles de faciliter l’inclusion des personnes défavorisées dans les systèmes de formation professionnelle et de formation continue. Un autre examine la pratique des employeurs en matière d’engagement et leurs choix relatifs à l’accès au système de formation professionnelle et de formation continue. Le troisième sous-projet étudie les programmes s’adressant spécialement aux jeunes sans diplôme professionnel à l’entrée dans la vie active (programmes dits de «deuxième chance») et le quatrième porte sur la réforme de la formation initiale de deux ans.

L’objectif de la leading house GOVPET est de livrer des enseignements utiles en vue d’une compréhension des forces et des faiblesses des pratiques examinées et d’approfondir l’examen des conditions d’une coopération décentralisée réussie au sein du système de formation – également dans la perspective d’une contribution de ce système social partiel à l’atteinte de l’objectif supérieur qu’est l’inclusion sociale.

https://www.sbfi.admin.ch/content/sbfi/fr/home/bildung/berufsbildungssteuerung-und--politik/recherche-sur-la-formation-professionnelle/leading-houses/gouvernance-de-la-formation-professionnelle.html