Les organes et institutions du domaine des EPF

Rolex Learning Center, EPFL Lausanne

Conseil des EPF

eth-rat

Le Conseil des EPF est l’organe stratégique de direction et de surveillance du domaine des EPF. Il s’appuie sur les objectifs stratégiques du Conseil fédéral et sur son propre plan stratégique pour fixer les objectifs des établissements du domaine et répartir les ressources fédérales. Le Conseil des EPF signe à cet effet des conventions d’objectifs d’une durée de quatre ans avec les deux EPF et les quatre établissements de recherche. Il est par ailleurs chargé de la surveillance des établissements ainsi que de la préparation et de l’exécution de la législation régissant les EPF.

EPFL, Ecole polytechnique fédérale de Lausanne

epfl

Les origines de l’EPFL remontent à l’Ecole spéciale de Lausanne, fondée en 1853, qui a rejoint le domaine des EPF en 1969. Comme l’EPFZ, l’EPFL fait partie des hautes écoles techniques et scientifiques les plus en vue au niveau mondial. En 2016, elle comptait plus de 10'000 étudiants et doctorants. La contribution fédérale (apport financier de l’autorité responsable) se montait à 700 millions de francs.

L’EPFL comprend cinq facultés: Sciences de base (mathématiques, physique et chimie), Sciences et techniques de l’ingénieur, Information et communications, Environnement naturel, architectural et construit ainsi que Sciences de la vie. A cela s’ajoute le Collège des humanités et le Collège du management de la technologie.

Cette école polytechnique figure parmi les plus internationales au monde. Plus de 125 nationalités différentes sont représentées sur le campus lausannois et dans les antennes à Fribourg, Genève, Neuchâtel et en Valais. Un parc d’innovation complète le campus, accueillant plus de 100 start-up et centres de recherche d’entreprises prestigieuses.

Par ailleurs, ces dernières années, l’EPFL a mis un accent particulier sur l’architecture, ce qui a été remarqué à l’international, avec ses diverses constructions (Rolex Learning Center, SwissTech Convention Center et Artlab).

EPFZ, Ecole polytechnique fédérale de Zurich

L’Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ), fondée en 1855, figure aujourd’hui incontestablement parmi les meilleures hautes écoles techniques et scientifiques au monde. En 2016, elle comptait près de 20'000 étudiants et doctorants, originaires de 110 pays différents. La contribution de la Confédération (apport financier de l’autorité responsable) se montait à 1300 millions de francs.

Quelque 500 professeurs enseignent et font de la recherche à l’EPFZ dans les domaines suivants: sciences de l’ingénieur, architecture, mathématiques, sciences naturelles, sciences orientées système ainsi que sciences sociales et du management.

L’une des missions de l’EPFZ est le transfert de savoir et de technologie (TST) vers l’économie et la société. Ses nombreuses spin-off en sont notamment la preuve (environ 300 spin-off créées ces vingt dernières années), tout comme son offre importante de formation continue à des fins professionnelles.

Par ailleurs, l’EPFZ gère également le Centre suisse de calcul scientifique (CSCS), à Lugano, qui dispose de superordinateurs parmi les plus puissants en Europe.

Institut Paul Scherrer PSI

psi

L’Institut Paul Scherrer (PSI), basé à Villigen (AG), est le plus grand centre de recherche pour les sciences naturelles et les sciences de l’ingénieur en Suisse. Il emploie 2000 personnes et dispose d’une contribution fédérale (apport financier de l’autorité responsable) de 320 millions de francs (2016).

Les travaux de recherche sont concentrés sur trois thèmes principaux: la matière et les matériaux, l’énergie et l’environnement ainsi que la santé humaine. Avec la source de neutrons de spallation (SINQ), la source de rayonnement synchrotron (SLS), la source de muons (SμS) et le laser à rayons X à électrons libres (SwissFEL), le PSI exploite de grandes installations scientifiques, pour certaines uniques en Suisse, voire au monde. Cet équipement est à la disposition de la communauté scientifique nationale et internationale ainsi que de l’industrie. De plus, le PSI possède également l’unique installation en Suisse permettant de traiter certains cancers avec des protons.

Les prestations de services les plus importantes de l’Institut Paul Scherrer sont le retraitement de déchets radioactifs relevant de la responsabilité de la Confédération et la gestion d’une école de radioprotection. Le PSI se consacre également à des activités d’enseignement dans les EPF, les universités cantonales et les hautes écoles spécialisées, notamment en assurant l’encadrement de doctorants.

Institut fédéral de recherche sur la forêt, la neige et le paysage WSL

wsl

L’Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL) est un centre de recherche en sciences forestières, écologie et gestion des paysages ainsi qu’un centre de recherche spécialisé dans l’étude de la neige et des avalanches. Il se répartit sur les sites de Birmensdorf, de Davos (Institut fédéral pour l’étude de la neige et des avalanches), de Bellinzone (Sottostazione Sud delle Alpi), de Lausanne et de Sion. Le WSL occupe un personnel total équivalant à 500 postes plein-temps. Le financement de la Confédération (apport financier de l’autorité responsable) se monte à 50 millions de francs (2016).

Le WSL concentre ses activités sur l’utilisation, l’aménagement et la protection des habitats urbains et proches de la nature ainsi que sur la gestion des dangers naturels. Il fait partie des acteurs mondiaux à la pointe de la recherche dans ces domaines. Les travaux de recherche de l’institut visent à fournir des aides à la décision et des propositions en vue de l’exploitation responsable du paysage suisse. Grâce à des programmes axés sur la mise en œuvre et la pratique, le WSL contribue à une politique environnementale durable en Suisse.

En outre, le WSL s’engage dans l’encadrement de doctorants et dans l’enseignement dans les hautes écoles. Il fournit également des prestations d’intérêt national. En font notamment partie le service suisse de prévision d’avalanches et le laboratoire phytosanitaire (exploité conjointement avec l’Office fédéral de l’agriculture et l’Office fédéral de l’environnement), qui diagnostique les organismes nuisibles au bois et aux arbustes et recherche des mesures de lutte dans des conditions sécurisées.

Laboratoire fédéral d'essai des matériaux et de recherche Empa

empa

Le Laboratoire fédéral d’essai des matériaux et de recherche (Empa) est un centre de services et de recherche interdisciplinaire pour les sciences des matériaux et le développement de technologies. Il est réparti sur les sites de Dübendorf, Saint-Gall et Thoune. Le laboratoire dispose actuellement d’un personnel de 1000 équivalents plein-temps. La contribution fédérale (apport financier de l’autorité responsable) se monte à 120 millions de francs (2016).

Comme toutes les institutions du domaine des EPF, l’Empa est soumise au critère d’excellence scientifique. Il élabore des solutions pour l’industrie et la société dans les domaines des matériaux et des surfaces à nanostructures, des technologies de l’environnement, de l’énergie et de la construction durable ainsi que des biotechnologies et des technologies médicales. En collaboration avec des partenaires privés ou par le biais de spin-off, l’Empa transforme ses résultats de recherche en innovations commercialisables et établit ainsi un pont entre la recherche et les applications pratiques. En outre, il réalise de nombreuses prestations de services scientifiques et techniques, avant tout en faveur de la sécurité de l’homme et de l’environnement, et s’engage pour l’encouragement de la relève scientifique.

Institut fédéral pour l’aménagement, l’épuration et la protection des eaux Eawag

eawag

L’Institut fédéral pour l’aménagement, l’épuration et la protection des eaux (Eawag) est l’un des instituts les plus avancés au monde en matière de recherche sur les eaux. Réparti entre deux sites, à Dübendorf et à Kastanienbaum, il occupe un personnel total équivalant à 500 postes plein-temps et dispose d’une contribution fédérale (apport financier de l’autorité responsable) de 60 millions de francs (2016).

La rencontre des sciences naturelles, de l’ingénierie et des sciences sociales permet à l’Eawag de mener une recherche interdisciplinaire et globale sur les écosystèmes aquatiques. L’Eawag élabore des stratégies et des technologies pour une gestion durable de l’eau. En collaboration avec de nombreuses institutions partenaires publiques et privées, il contribue à harmoniser les impératifs écologiques, économiques et sociaux liés à la gestion de l’eau. Il assume pour ce faire un important rôle d’interface entre les travaux scientifiques fondamentaux et les applications pratiques.

L’Eawag réalise de nombreux mandats de prestations de services et de conseils pour des institutions publiques ou privées. Il contribue en outre dans une large mesure à la formation et à la formation continue de spécialistes en assurant une activité d’enseignement importante dans diverses hautes écoles, en encadrant des travaux de bachelor, de master et de doctorat et en offrant de nombreuses possibilités de formation continue.

https://www.sbfi.admin.ch/content/sbfi/fr/home/hs/hautes-ecoles/le-domaine-des-epf/les-organes-et-institutions-du-domaine-des-epf.html