Thèmes spécifiques (Partie C)

La troisième partie du rapport analyse des questions systémiques ou transversales qui ont un impact important sur le système suisse de recherche et d’innovation. Les quatre études ont été conduites par des experts du monde scientifique et accompagnées par des groupes de projet. Le rapport comprend un résumé de ces études. Les études complètes sont publiées dans la collection du SEFRI.



Etude 1: Activités de recherche et d'innovation des petites et moyennes entreprises en Suisse

Auteurs: Dr. Heiko Bergmann et Prof. Thierry Volery (Université de Saint-Gall)

Cette étude analyse les activités d'innovation des PME en Suisse ainsi que leurs particularités et leurs facteurs d'influence. Elle répond aux questions-clés suivantes: dans quelle mesure les PME de Suisse sont-elles innovantes dans les différentes branches et en comparaison internationale? Où se situent les obstacles pour les activités de recherche et d’innovation?

En comparaison internationale, les PME de Suisse peuvent être considérées comme étant plus innovantes que la moyenne. Les innovations les plus répandues concernent le marketing et l’organisation, suivies des innovations de produit et de procédé. Alors que la part de PME innovantes a diminué ces dernières années, la part des produits innovants dans le chiffre d'affaire a légèrement augmenté, ce qui semble indiquer une concentration croissante des activités d'innovation sur un plus petit nombre de PME. Les obstacles aux activités d'innovation relèvent de la combinaison de coûts élevés, de longs délais d'amortissement et d'un manque de fonds propres.

Etude 2: Activités de recherche et d'innovation des entreprises multinationales en Suisse

Auteurs: Prof. Oliver Gassmann, Florian Homann et Prof. Maximilian Palmié (Université de St-Gall)

L'étude a pour objectif d'analyser l'utilité des activités de recherche et d'innovation des multinationales pour la recherche et l'innovation suisses et d'examiner en outre les raisons qui poussent les entreprises multinationales à réaliser de telles activités en Suisse. Elle examine également les motifs du pouvoir d'attraction d'autres sites nationaux de recherche et d'innovation et dégage les possibilités d'amélioration des conditions-cadres de la recherche et de l'innovation des multinationales en Suisse.

Pour la Suisse, l'utilité des activités de recherche et d'innovation des sociétés multinationales réside notamment dans le fait qu'elles apportent une contribution notable à la valeur ajoutée nationale, aux gains de compétitivité des entreprises locales, à la création d'emplois bien rémunérés en Suisse, à la formation qualitativement solide de la relève, à des coopération en matière de recherche et d'enseignement ainsi qu'au maillage des acteurs suisses du système FRI dans le pays et à l'étranger. Les multinationales ont une action catalytique dans le système complexe de recherche et d'innovation de la Suisse.

Etude 3: L'encouragement public de l'innovation - offre et demande

Auteurs: Prof. Frédéric Varone (Université de Genève), Prof. Andreas Balthasar (Interface, Université de Lucerne), Milena Iselin et Chantal Strotz (Interface)

Dans le fédéralisme suisse, l'encouragement public de l'innovation se déroule actuellement à tous les niveaux politiques, ce qui ne soulève des questions quant à la coordination et à la cohérence, voire à la redondance des activités des instances publiques.

La majorité des entreprises sélectionnées pour un prix d'innovation ayant répondu à l'enquête accordent de l'importance à l'encouragement public de l'innovation. Deux tiers de ces entreprises ont eu des contacts avec les prestataires publics de l'encouragement de l'innovation. Ces contacts sont perçus dans l'ensemble comme étant d'une grande utilité. De manière générale, les entreprises ayant répondu à l'enquête considèrent que les contacts avec les prestataires cantonaux et régionaux et les prestations de service «douces», telles que l'information et le conseil, sont d'une utilité supérieure à la moyenne. Les entreprises ayant répondu à l'enquête sont nombreuses à regretter l'absence d'une vue d'ensemble des prestataires et des services qu'ils délivrent. Ce sont toutefois avant tout les entreprises qui n'ont jamais fait appel à un soutien qui sont de cet avis.

Etude 4: Les hautes écoles spécialisées au sein du système suisse de recherche et d'innovation

Auteurs: Prof. Benedetto Lepori (Università della Svizzera italiana) et Christoph Müller (socio5.ch)

L'étude examine le rôle des hautes écoles spécialisées (HES) dans le paysage suisse de recherche et d'innovation. Elle montre le développement des HES et leur contribution au système suisse de recherche et d'innovation. Elle décrit aussi le profil des HES et leur coopération avec des entreprises et avec les hautes écoles universitaires (HEU). Elle examine en outre la complémentarité entre les HES et les HEU et indique les défis possibles découlant de l'entrée en vigueur de la LEHE.

Les HES ont rapidement développé leurs activités au niveau des ressources, du nombre d'étudiants et du volume de R-D et sont ainsi devenues un acteur important du système suisse de recherche et d'innovation. Elles se sont donné un profil orienté vers la recherche appliquée et développement et sont ainsi devenues un partenaire de coopération important pour le secteur privé. La Suisse a relativement bien réussi à intégrer les HES et les HEU dans un seul système tout en conservant les particularités des différents profils. La LEHE a posé un nouveau cadre propice à la coopération et à la complémentarité entre les deux types de hautes écoles. Cette loi pose simultanément de nouveaux défis à la définition de la répartition des tâches entre les HES et les HEU.

Graphiques

Contact

SEFRI, Annette Kull

Conseillère scientifique

T +41 58 462 21 49

Imprimer contact

https://www.sbfi.admin.ch/content/sbfi/fr/home/themes/la-recherche-et-linnovation-en-suisse/forschung-und-innovation-in-der-schweiz-2016/spezifische-themen--teil-c-.html