La secrétaire d’État Martina Hirayama souligne l’importance de la recherche lors de la 3e réunion ministérielle pour la science en Arctique

Berne, 10.05.2021 - La secrétaire d’État Martina Hirayama a participé en ligne les 8 et 9 mai 2021 à la 3e réunion ministérielle pour la science en Arctique (3rd Arctic Science Ministerial, ASM3). L’ASM3 a rassemblé les ministres en charge de la recherche scientifique et les représentants des organisations des peuples autochtones de l’Arctique afin de renforcer la coopération internationale dans les domaines visant à mieux comprendre la région arctique et à soutenir le rôle de la science dans l’élaboration de la politique et la prise de décisions concernant cette région. Dans son discours, la secrétaire d’État a mis l’accent sur l’importance de la recherche pour relever les défis du changement climatique dans les régions polaires, particulièrement vulnérables, et sur le besoin urgent de coopération internationale dans ce domaine.

La déclaration commune signée par toutes les parties présentes lors de l’ASM3 décrit les futures mesures de coopération destinées à appuyer la collaboration scientifique. Ces dernières incluent notamment la mise en place de réseaux d’observation, le partage des données, l’amélioration de la compréhension des systèmes écologiques et sociaux de l’Arctique et la formation de la relève scientifique par le renforcement des compétences. 

Lors de sa prise de parole, la secrétaire d’État Martina Hirayama a souligné la nécessité urgente de comprendre les milieux environnementaux vulnérables et complexes que sont les régions polaires et alpines dans le contexte du réchauffement climatique. Elle a également profité de l’occasion pour rendre hommage au professeur Konrad Steffen, pionnier et précurseur suisse en matière de changement climatique et de recherche polaire, décédé tragiquement en août 2020 dans un accident alors qu'il effectuait des travaux de terrain sur la calotte glaciaire du Groenland à la base de recherche «Swiss Camp».

La réunion ministérielle pour la science a pour objectif de lancer des discussions ouvertes et transparentes au niveau international sur les mesures nécessaires de réseaux coordonnés et inclusifs d’observations et de recherches en Artique. Cette troisième réunion, co-organisée par le Japon et l’Islande, avait pour thème principal la connaissance pour un Arctique durable. Dans cette perspective, la discussion a notamment porté sur le développement de la formation et le renforcement des compétences des générations futures en tenant compte à la fois des connaissances scientifiques et des savoirs locaux dans les pays arctiques et non arctiques.

L'engagement ferme de la Suisse en faveur des régions polaires trouve son origine dans la nature du paysage suisse, qui, comme celui des régions polaires, a été façonné par des périodes glaciaires et des chaînes de montagnes dont les glaciers reculent. Les chercheurs suisses ont contribué de manière significative à l'étude et à la compréhension des régions polaires et alpines au cours des 100 dernières années, en se concentrant sur les écosystèmes de haute altitude et de hautes latitudes afin de mesurer les effets des changements environnementaux induits par l'homme. Cet engagement fait partie des efforts continus de la Suisse pour faire progresser les connaissances scientifiques et limiter l'impact environnemental et socio-économique du changement climatique dans l'Arctique.


Adresse pour l'envoi de questions

Communication
Secrétariat d’État à la formation, à la recherche et à l’innovation SEFRI
medien@sbfi.admin.ch


Auteur

Secrétariat d'Etat à la formation, à la recherche et à l'innovation
http://www.sbfi.admin.ch

Zeitungsständer

Abonnement aux news

https://www.sbfi.admin.ch/content/sbfi/fr/home/actualite/communiques-de-presse.msg-id-83449.html