Une question de perspective: étude sur le niveau de prestige social des professions en Suisse en fonction du type de formation requis et selon les expériences de formation et l’orientation politique des individus

Université de Berne

Direction de projet: Prof. Stefan Wolter

Durée: 01.11.2016 – 31.10.2018

S’appuyant sur un ensemble de données unique en Suisse issu d’une enquête portant sur l’attitude des adultes face au système éducatif et au statut social ainsi qu’au prestige d’activités professionnelles pratiques et universitaires, les chercheurs entendent étudier les variations dans les niveaux de prestige des professions en fonction du type de formation requis (formation professionnelle ou universitaire). Plus précisément, les chercheurs souhaitent expliquer les différences dans l’évaluation du prestige des professions en fonction de l’expérience de formation, de l’âge, du sexe et de l’orientation politique des personnes interrogées. A la connaissance des chercheurs, cette étude sera la première analyse en Suisse qui ne compare pas simplement le statut social perçu de la formation professionnelle et de la formation universitaire, mais tente d’identifier en détail les facteurs qui influencent la perception individuelle du statut social ou du prestige de professions exigeant une formation professionnelle et de professions universitaires. Selon le travail de Zhou (2005) et comme le soulignent également Cattaneo et Wolter (2013, 2016), bien que la plupart des adultes suisses indiquent une préférence pour la formation professionnelle et reconnaissent les bénéfices qui y sont associés sur le marché du travail, la formation professionnelle est toujours perçue comme socialement moins prestigieuse que la formation universitaire. La question reste ouverte de savoir si ce constat paradoxal est dû au statut des professions associées à la formation professionnelle ou universitaire ou s’il dépend principalement du statut intrinsèque de chaque type de formation. Dans ce projet de recherche, les chercheurs souhaitent résoudre cette énigme en examinant le niveau de prestige social de différentes professions en Suisse en fonction du type de formation requis et selon l’expérience de formation et l’orientation politique des individus. A cette fin, les chercheurs appliqueront un modèle logistique ordonné («rank-ordered logistic») ou un modèle logit explosé («exploded logit model»), tels que décrits par Allison et Christakis (1994), à leurs données en utilisant l’estimation du maximum de probabilité («maximum-likelihood estimation») dans le programme informatique Stata. Si les chercheurs parviennent à mettre en évidence les corrélations complexes qui existent entre le système d’éducation, l’orientation politique et la perception de l’ordre social, et s’ils réussissent à élucider partiellement les mécanismes de cause à effet à l’œuvre dans ces corrélations, ils fourniront de précieuses indications pour la recherche future et le pilotage de la formation professionnelle en Suisse.

Projets sur le site de l’Université de Berne

https://www.sbfi.admin.ch/content/sbfi/fr/home/bildung/berufsbildungssteuerung-und--politik/recherche-sur-la-formation-professionnelle/projets-individuels/werte-und-normen/eine-frage-der-perspektive--eine-studie-zur-bewertung-des-sozial.html