Le succès de la technologie de pointe des PME suisses

Infrastructures de recherche internationales

Imbach
Les contrats attribués par des organismes de recherche internationaux génèrent régulièrement des retombées positives pour l’industrie suisse. L’entreprise Imbach & Cie AG basée dans le canton de Lucerne a par exemple forgé des composants massifs en aluminium avec une haute précision destinés à l’accélérateur de particules «Large Hadron Collider» du CERN. Photo: Imbach AG / CERN

Des projets de construction (ITER, ESS et ESO) ou de mise à niveau de très grandes infrastructures de recherche (CERN et ESRF) sont actuellement en cours. En raison du coût du travail élevé en Suisse et du franc fort, la concurrence internationale est féroce dans ces domaines technologiques communs. Néanmoins, les infrastructures de recherche internationales (IRI) sont aussi en quête de produits high-tech spécifiques et de solutions d’ingénierie de classe mondiale, secteurs où l’industrie suisse, avec sa culture de l’innovation et de la fiabilité, se place parmi les meilleurs.

L’analyse des marchés consignés par le Swiss Industry Liaison Office (agent de liaison industriel, Swiss ILO) au cours des dernières années fait apparaître cinq domaines de compétence dans lesquels l’industrie suisse apporte une valeur ajoutée spécifique par rapport à la concurrence internationale. D’une manière générale, le tissu économique se compose majoritairement de petites et moyennes entreprises. Pour des raisons historiques, certains secteurs d’activité sont plus présents dans certaines régions du pays que dans d’autres.

Imbach2
Photo: Imbach AG / CERN

Mécanismes de haute précision

Ses compétences en mécanismes de haute précision sont reconnues dans le monde entier comme l’un des atouts incontestables de l’industrie suisse. Le savoir-faire historique hérité de l’industrie horlogère s’est diffusé dans d’autres secteurs tels que la Medtech, l’industrie automobile ou l’instrumentation scientifique. De nombreuses IRI tirent profit du savoir-faire des PME suisses pour concevoir et valider des mécanismes de haute précision pour leurs divers instruments et détecteurs scientifiques destinés à fonctionner dans des environnements physiques extrêmement difficiles.

Travail et usinage avancés des métaux

Pour ce qui concerne le travail des métaux, l’industrie suisse possède toutes les compétences en ingénierie requises pour concevoir et usiner les composants métalliques complexes exigés par les IRI. L’industrie suisse reste compétitive dans le domaine des tâches de prototypage et de la production en petites séries nécessitant l’usinage de pièces métalliques de haute précision avec des caractéristiques techniques très pointues ou un savoir-faire en ingénierie multiphysique (soudages complexes, systèmes de vide et champs de rayonnements élevés, étapes de contrôle métrologique précis, etc.).

Électronique de puissance

La Suisse a notamment hérité ses compétences en matière d’électronique de haute puissance de l’ancienne société Brown Boveri & Cie (BBC). La proximité des hautes écoles spécialisées et de l’ETH Zurich, où sont formés des ingénieurs en électronique de haut niveau, continue de faire vivre un écosystème de PME autour de Zurich, qui sont en mesure de fournir des solutions pour un large éventail de systèmes électro-mécaniques utilisés dans l’industrie. Les IRI utilisent des dispositifs physiques à haute énergie qui requièrent inévitablement des équipements à haute tension spécifiques.

Systèmes optiques et métrologiques

Des lasers à impulsions ultracourtes produits en Suisse sont utilisés dans des accélérateurs à particules. Des horloges atomiques suisses synchronisent des réseaux de radiotélescopes très importants répartis tout autour de la planète. Des appareils de poursuite laser de première qualité fabriqués en Suisse contrôlent l’alignement de composants métalliques de plusieurs tonnes en cours d’assemblage sur le site de l’ITER. Une grande partie de ce savoir-faire technique est aujourd’hui localisée en Suisse orientale. C’est un héritage de l’ancienne usine Leica à Heerbrugg (SG), où un réseau régional dense de PME spécialisées dans les composants optiques de haut niveau s’est implanté.

Systèmes de vide et cryogéniques

Beaucoup de PME suisses opérant dans ce secteur sont installées le long de la frontière du Rhin avec le Liechtenstein et sont des spin-offs de la société Balzers, aujourd’hui démantelée. Elles jouissent d’une renommée mondiale dans la conception et la fabrication de composants utilisés dans les systèmes d’ultravide (pompes, jauges, valves, soufflets). Des unités d’hélium de grande taille sont en outre nécessaires pour refroidir les modules d’aimants supraconducteurs de l’accélérateur de particules ou des installations de fusion. La Suisse accueille l’un des deux seuls acteurs du marché capables de fournir des turbines de compresseurs d’hélium et les équipements associés avec la puissance de refroidissement requise.

Auteur

Michel Hübner
Responsable Swiss Industry Liaison Office

https://www.sbfi.admin.ch/content/sbfi/fr/home/dienstleistungen/publikationen/publikationen-bestellen/s-n-2019-5/s-n-2019-5c.html