Recherche et coopération à l’innovation au niveau international

#TogethervsVirus – coopération internationale

La Suisse participe activement et financièrement – parfois même en tant que pays hôte –  à plusieurs infrastructures de recherche qui sont en mesure de livrer des services auxiliaires et des contributions importantes dans la lutte contre le coronavirus (SARS-CoV-2). Alors que le monde entier tourne au ralenti en raison du confinement, ces infrastructures travaillent sans relâche et de manière coordonnée afin de mieux comprendre ce nouveau virus ou de contribuer à enrayer l’épidémie.

euvsvirus

Les infrastructures de recherche utiles à plusieurs niveaux
Un premier exemple est donné par les sources de rayons X de forte intensité, qui permettent de déterminer la structure de la matière jusqu’au niveau atomique. Elles constituent des «microscopes» capables de révéler la structure des protéines et des virus, dont celle du SARS-CoV-2. La connaissance de la structure du virus et de celle des protéines auxquelles il se lie permet de comprendre le fonctionnement du virus et de tester des traitements potentiels.

Plusieurs sources de rayons X sont actuellement rendues accessibles en priorité aux recherches sur le SARS-CoV-2. C’est le cas par exemple de la Swiss Light Source et du SwissFEL au Paul Scherrer Institut (PSI) de Villigen (AG), de la Source Européenne de Rayonnement Synchrotron à Grenoble (ESRF). D’autres infrastructures, notamment l’Institut Laue-Langevin (ILL) à Grenoble, ont décidé d’adapter leur instrumentation afin de contribuer efficacement à la recherche sur le SARS-CoV-2 dès qu’elles seront en mesure de redémarrer leurs installations.

La collecte et l’analyse des données jouent un rôle essentiel
De nombreuses infrastructures de recherche internationales ont mis leurs données et leurs compétences, indispensables à une recherche de qualité, au service de la recherche sur le SARS-CoV-2 en alimentant des bases de données spécifiques. Quelques exemples sont cités ci-après. Les différentes ressources sont mises en commun dans le Portail européen de données sur le Covid-19.

Le Swiss National Super Computing Center (CSCS) met ses super-ordinateurs à la disposition de la communauté scientifique afin d’aider à l’avancement des travaux sur le Covid-19. Ce centre, qui est implanté à l’EPF de Zurich et à Lugano, possède la puissance de calcul la plus élevée au monde.

L’Institut Suisse de Bioinformatique (SIB) participe à l’effort mondial de partage des savoirs et des expériences dans la lutte contre la pandémie de Covid-19 en proposant ses ressources spécialisées en gestion des données – par exemple des bases de données intégrées et des collections de littérature scientifique sur le virus. Il offre en outre des possibilités d’analyse sur l’évolution épidémiologique de la pandémie et des instruments de planification visant à établir des scénarios de santé publique en lien avec le Covid-19. Ces efforts sont coordonnés au niveau européen par le réseau ELIXIR.

Le Laboratoire européen de biologie moléculaire (EMBL), qui a son siège à Heidelberg, en Allemagne, apporte à ses membres – dont la Suisse – un soutien sous la forme de logiciels qui permettent d’utiliser des jeux de données mis à disposition par différents pays, qui n’ont pas été agrégés ou validés de la même manière ou qui sont plus ou moins complets. Cela permet par conséquent de créer des synergies au-delà des frontières nationales.

La Swiss Clinical Trial Organisation (SCTO) est une organisation partenaire du Réseau européen d’infrastructures de recherche clinique (ECRIN ERIC). Elle aide les scientifiques suisses à concevoir et à conduire des études cliniques nationales, mais aussi, de plus en plus, à participer à des études internationales multicentres qui impliquent plusieurs instituts de recherche répartis dans différents pays. Le réseau ECRIN a créé sa propre Task Force Covid-19, ainsi qu’une nouvelle base de données (Clinical Research Metadata Repository) dans le but d’améliorer les données tirées des études cliniques en général, et plus particulièrement des études liées au coronavirus.

La Swiss Biobanking Platform (SBP) est la plateforme suisse de référence sur les ressources en biologie et la collecte systématique des données biologiques dans tous les domaines scientifiques. Elle se concentre actuellement sur les ressources biologiques spécifiques, les savoirs et les connaissances en lien avec le Covid-19. En tant que membre du consortium de recherche européen Biobanking and BioMolecular Resources Research Infrastructure (BBMRI ERIC), la SBP travaille aussi en lien étroit avec les scientifiques européens actifs dans la recherche sur le Covid-19.

Vaste expertise scientifique et technique
Outre leurs compétences en matière de recherche, les grandes infrastructures concentrent une vaste expertise scientifique et technique qui est mise à profit dans la lutte contre le virus. Le CERN, à Genève, produit maintenant des quantités importantes de gel hydroalcoolique désinfectant pour les équipes de secours locales. L’expertise et les équipements du CERN lui permettent également de fabriquer des masques de protection ou de développer des respirateurs artificiels. Les plans de fabrication des respirateurs seront publiés sous licence libre, ce qui permettra de les reproduire à bas coût et de les adapter aux règlementations locales. Mais cette conjonction entre infrastructures de recherche et lutte contre le coronavirus n’est pas l’apanage des Européens: en Afrique du Sud, la coordination du développement de respirateurs artificiels a été confiée à l’un des partenaires du projet de télescope international géant Square Kilometre Array en raison de son expertise en gestion de projet, mais aussi de son réseau industriel particulièrement adapté.

Informations complémentaires

Informations complémentaires

Coronavirus– Informations du SEFRI
Un dossier spécial Coronavirus mis à jour en permanence est disponible sur le site Internet du SEFRI. Il informe sur l’impact de la pandémie de coronavirus sur les différents domaines d’activité du SEFRI.

Registre des projets consacrés à la recherche sur le Covid-19
Le Fonds national suisse a créé un registre des projets consacrés à la recherche sur le Covid-19, qui est mis en ligne dans le courant du mois de mai. Le FNS répertorie tous les travaux de recherche financés par des fonds de tiers, mais aussi ceux d’Innosuisse et de l’UE.

Surveillance de l’OCDE
L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) surveille les activités mises en œuvre dans les différents pays, dont la Suisse, contre le Covid-19.

https://www.sbfi.admin.ch/content/sbfi/fr/home/dienstleistungen/publikationen/publikationen-bestellen/s-n-2020-3/s-n-2020-3e.html