Positionnement des écoles supérieures

Le projet «Positionnement des écoles supérieures» prévoit un examen global du positionnement national et international des écoles supérieures (ES) et des filières de formation ES. L’objectif est de mieux positionner les ES et leurs filières tout en maintenant et en renforçant l’orientation vers le marché du travail, qui constitue le trait distinctif du système ES.



Contexte

Un meilleur positionnement des ES et de leurs diplômes a été demandé en 2018 au travers des motions 18.3392 de la Commission de la science, de l’éducation et de la culture du Conseil national (CSEC-CN) et 18.3240 de l’ancienne conseillère aux États Anita Fetz. Le Conseil fédéral a proposé d’accepter la motion 18.3392 de la CSEC-CN et a mandaté un examen complet du système ES en termes de positionnement national et international.

Dans un premier temps, le Secrétariat d’État à la formation, à la recherche et à l’innovation (SEFRI) a commandé, en 2019, un état des lieux dans le cadre de l’initiative «Formation professionnelle 2030» sur le positionnement des ES du point de vue des milieux concernés. Le rapport correspondant du bureau econcept AG a été publié en 2020. Il souligne l’importance des ES en tant que pilier majeur du système éducatif, mais montre également un besoin d’action urgent dans certains domaines. Les champs d’action les plus urgents concernent la visibilité, les débouchés et le profil des ES. Le rapport présente 19 mesures possibles afin d’améliorer le positionnement des ES.

État des lieux sur le positionnement des écoles supérieures - résumé du rapport final / rapport final

Sur la base des résultats de l’étude, le SEFRI a lancé un projet subséquent en février 2021, sur mandat du président de la Confédération Guy Parmelin, chef du Département fédéral de l’économie, de la formation et de la recherche (DEFR). Le projet vise à valider les résultats de l’étude econcept d’un point de vue systémique et juridique et à les approfondir dans le cadre d’analyses complémentaires.

Rapport intermédiaire 2021

Le SEFRI a procédé en 2021 à une évaluation systémique des thèmes et des problématiques du projet «Positionnement des écoles supérieures» et mandaté des analyses complémentaires.

Un rapport intermédiaire fait état des résultats des travaux effectués jusqu’à présent et présente les étapes suivantes. Le rapport intermédiaire a été présenté en novembre 2021 au Sommet national de la formation professionnelle et à la Conférence suisse des hautes écoles (CSHE).

Évaluation dans une perspective globale
Le rapport intermédiaire montre la complexité de cette thématique, la grande diversité des questions et les interfaces existantes. Il est impossible de répondre à des questions prises isolément sans tenir compte du contexte global du système éducatif. Le développement futur des ES et de leurs offres de formation ne peut être évalué que dans une perspective globale.

En ce qui concerne la structure des prestataires, le financement et la gouvernance, des données factuelles et des bases supplémentaires font encore défaut en vue d’une évaluation complète. Ces clarifications sont en cours. Les résultats seront disponibles dans le courant de l’année 2022.

Clarification des questions fondamentales et concrétisation des mesures
Les travaux menés jusqu’à présent dans le cadre du projet «Positionnement des écoles supérieures» ont mis en lumière plusieurs questions fondamentales, qui doivent impérativement être clarifiées afin de donner la direction pour la suite des travaux. Ces questions fondamentales portent notamment sur les points suivants:

  • Structure des prestataires: la pertinence des mesures visant à renforcer les écoles supérieures en tant qu’institutions, telles que la reconnaissance institutionnelle, l’accréditation institutionnelle et la protection des dénominations, dépend dans une large mesure de la structure des prestataires. C’est pourquoi il est important de clarifier si la structure actuellement très hétérogène des prestataires doit être fondamentalement remise en question.
  • Offres de la formation professionnelle supérieure: dans la perspective d’un meilleur positionnement des ES, la question principale qui se pose est de savoir si la distinction entre les examens fédéraux (output) et les filières de formation ES (input et output) doit être accentuée ou si ces deux types d’offres doivent être rapprochés, voire combinés.
  • Financement et répartition des compétences entre la Confédération et les cantons: des travaux sont encore en cours concernant ces deux champs d’action.

Une fois que les questions fondamentales auront été clarifiées, des mesures ciblées et coordonnées pourront être prises afin de soutenir le profil et l’orientation des ES définis conjointement et, le cas échéant, les optimiser en fonction du système. Un dialogue à large échelle avec les partenaires concernés est indispensable pour clarifier les questions fondamentales et concrétiser les mesures.

Suite des travaux à partir de 2022

Clarification des questions fondamentales et concrétisation des mesures: le SEFRI va élaborer une position claire sur les questions fondamentales en accord avec la Conférence tripartite de la formation professionnelle (CTFP) et en collaboration avec les acteurs concernés (écoles supérieures, Ortra, cantons, hautes écoles). Dans le même temps, les mesures envisageables seront concrétisées en vue de leur mise en œuvre et leurs conséquences sur les questions fondamentales seront discutées de manière approfondie.

  • Journée de travail: quatre journées de travail sont prévues pour la participation à large échelle des acteurs. Ces journées de travail porteront sur les différents thèmes et mesures et s’adressent aux experts et expertes des acteurs concernés: CTFP, Sounding Board ES et autres représentants des écoles supérieures, des cantons et des hautes écoles. Les acteurs désignent les personnes qui participent aux journées de travail.
  • Partenariat de la formation professionnelle: en tant qu’organe des partenaires de la formation professionnelle au niveau stratégique, la CTFP contribue au soutien du projet dans la formation professionnelle.
  • Consultation et discussion au sein des organes: les organes sont informés des résultats des journées de travail et de la planification des thèmes pour les journées de travail suivantes. Leurs prises de position sont prises en compte lors des journées de travail et dans la suite des travaux.
  • Rapport 2022: les résultats des journées de travail et les conclusions concernant les mesures et leur mise en œuvre seront présentés dans un rapport. Ce dernier sera discuté au sein des organes et soumis à consultation au deuxième semestre 2022.

Les mesures prêtes pour la mise en œuvre seront préparées par le SEFRI pour prise de décision politique. Les travaux de mise en œuvre qui en résultent suivront immédiatement.

Organisation du projet et participation d’acteurs externes

Une attention particulière est également accordée à la coordination avec les acteurs concernés des domaines de la formation professionnelle et des hautes écoles. La participation à large échelle de différents acteurs permet de prendre en compte les intérêts du marché du travail, des prestataires de formation, des autorités cantonales et des diplômés.

Organigramm_Projektorganisation_HF_fr
  • Le projet a été mandaté par le président de la Confédération Guy Parmelin, chef du Département fédéral de l’économie, de la formation et de la recherche (DEFR). Le SEFRI pilote le projet.
  • Les résultats seront régulièrement votés par les principaux organes de la formation professionnelle, en particulier par la Conférence tripartite de la formation professionnelle (CTFP). Les organes des hautes écoles, par exemple la Conférence des recteurs des hautes écoles suisses swissuniversities, seront également consultés.
  • Un Sounding Board, composé de représentants des Ortra, des conférences ES, des cantons et des diplômés, est mis en place pour les acteurs des écoles supérieures directement concernés. Les résultats intermédiaires y seront régulièrement soumis pour discussion.
    Membres du Sounding Board HF
  • En fonction de la problématique traitée, la participation directe des différents acteurs aux travaux est également possible (p. ex. dans des groupes d’accompagnement).
  • Le SEFRI s’appuie également sur un groupe d’experts en tant qu’organe consultatif. Les membres sont issus de différents domaines et possèdent une longue expérience professionnelle. Dans un contexte où de nombreux intérêts divergents sont en jeu, la mise en place de ce groupe d’experts vise à garantir une vision neutre et systémique des différentes questions.
    Membres du groupe d’experts «Positionnement des écoles supérieures»

Informations complémentaires

https://www.sbfi.admin.ch/content/sbfi/fr/home/formation/fps/ecoles-superieures/positionnement-es.html