Gouvernance de la formation professionnelle (GOVPET)

Dirigée par le professeur Patrick Emmenegger (Université de Saint-Gall), la leading house GOVPET, une équipe interdisciplinaire de chercheurs de l'Université de Saint-Gall, a commencé ses activités en juillet 2015, en coopération avec l’Université de Lausanne, l’IFFP de Zollikofen et l’Université de Cologne. Consacrée pour l’essentiel à l’analyse comparative de la gouvernance dans le domaine de la formation professionnelle, elle livre des enseignements destinés à élargir et approfondir notre compréhension des forces, des faiblesses et des conditions d’une coopération décentralisée réussie au sein d’un système de formation à même de s’adapter et d’assurer l’inclusion sociale.

Le programme de recherche de la leading house a pour objet la gestion méthodique des systèmes de formation professionnelle duale. Durant de la première période de financement (de 2015 à 2020), un large éventail de questions de gouvernance a été traité. En termes géographiques, le périmètre était plutôt restreint. Étaient concernés les cinq pays ayant des systèmes de formation professionnelle collectifs assez marqués: la Suisse, l'Autriche, l'Allemagne, les Pays-Bas et le Danemark. Lors de la deuxième période de financement, la comparaison internationale devra de ce fait être élargie à d'autres pays (p. ex. à la France, à la Norvège, à la Suède et au Royaume-Uni). Il s’agira surtout d’examiner la réaction aux contraintes structurelles des systèmes de formation professionnelle, en comparaison avec les systèmes collectifs. Les défis de gouvernance seront pour leur part limités à deux axes principaux, l'évolution technologique et l'immigration. Le premier influe avant tout sur la demande en compétences, tandis que le second influe en premier lieu sur l’offre en compétences.

Lors de la première phase, l’accent était mis sur trois principaux domaines liés les uns aux autres. Se sont alors développés des axes de recherche pour la deuxième période de financement, que la leading house GOVPET s’attache à poursuivre.

Le premier domaine a permis d'examiner comment assurer la stabilité des coopérations décentralisées malgré les risques constants d’interruption de celles-ci. L’une des questions centrales étaient de définir comment motiver les acteurs à long terme et comment les inciter à collaborer et à agir dans l’intérêt général même s’ils n’en tirent pas profit à court terme. Dans le contexte suisse, les organisations du monde du travail (Ortra) sont particulièrement intéressantes, car elles jouent un rôle clé dans la formation professionnelle duale. Durant la première période de financement, cet axe de recherche a par exemple permis la création d’une base de données regroupant toutes les Ortra responsables d’une formation.

Le deuxième domaine porte sur l'adaptation des systèmes de formation professionnelle duale aux nouvelles orientations de la société. Sur la base d’une comparaison internationale, la leading house GOVPET a étudié comment le système de formation professionnelle duale était à même de répondre aux nouveaux défis. Parmi ceux-ci figurent des processus sociétaux fondamentaux tels que l’évolution démographique, la numérisation et la mondialisation. L’étude met l’accent sur différents acteurs et aspects du système de formation professionnelle. Durant la deuxième période, ce sujet sera tout particulièrement abordé sous l’angle de la numérisation.

Dans le cadre du troisième domaine, la leading house GOVPET s’intéresse à la manière dont les États incitent les acteurs privés à tenir compte de l’intérêt général. Cet axe de recherche se concentre principalement sur l’intégration des personnes défavorisées dans le système de formation. Cette question sera examinée en détail, tout particulièrement sous l’angle du rapport entre formation professionnelle et migration.

https://www.sbfi.admin.ch/content/sbfi/fr/home/formation/pilotage-et-politique-de-la-formation-professionnelle/recherche-sur-la-formation-professionnelle/leading-houses/govpet.html