Sciences spatiales

weltraumwissenschaften01
© ESA

Les découvertes de la recherche spatiale n’ont cessé d’élargir notre compréhension de l’univers depuis les années 1960. Les réalisations du programme scientifique de l’Agence spatiale européenne (ESA) permettent à l’Europe de jouer un rôle majeur dans l’astronomie infrarouge, l’astronomie des rayons X et l’astrométrie, mais aussi dans la recherche sur le système solaire et l’observation du Soleil. Dans son programme de long terme intitulé Cosmic Vision 2030, l’ESA s’est fixé pour objectif de maintenir, voire de renforcer la position clé de l’Europe dans le domaine de la recherche spatiale.

Contributions suisses aux missions scientifiques de l'ESA

La communauté scientifique suisse prend activement part à l’élaboration du programme scientifique de l’ESA. En collaboration avec l’industrie suisse, les scientifiques suisses contribuent de manière décisive à la conception et au développement de charges utiles complexes dans les grandes missions de recherche spatiale. Ces projets repoussent les limites des connaissances en physique et en astronomie, mais sont aussi source d’inspiration pour les prochaines générations de scientifiques et d’ingénieurs.

Les missions des programmes scientifiques de l’ESA sont sélectionnées en fonction de leur excellence. Tandis que l’ESA finance le développement des vaisseaux spatiaux, les opérations connexes et les services de lancement, les charges utiles scientifiques (à savoir les instruments) sont en général sous la responsabilité de ses États membres. Les scientifiques opérant en Suisse ont participé à la construction de plusieurs sondes spatiales, de la mission Giotto dans les années 80 à des missions comme Rosetta, BepiColombo et Solar Orbiter. Par ailleurs, la Suisse est bien représentée dans des missions d’avenir telles que JUICE, Euclid ou Comet Interceptor. Des infrastructures importantes sont en outre situées en Suisse, comme le INTEGRAL Science Data Centre de l’Université de Genève ou le World Radiation Center de l’observatoire de physique et de météorologie de Davos. L’International Space Science Institute de Berne joue lui aussi un rôle central à l’échelon international dans le domaine de l’analyse de données et de la mise en place de nouvelles missions.

L’industrie suisse, compétitive sur le plan international, est solidement positionnée dans le domaine des technologies nécessaires aux projets de développement de satellites scientifiques et de sondes spatiales, ce qui confère à la Suisse une base solide pour participer à de tels projets.

Avec CHEOPS, la Suisse est pour la première fois à la tête d’une mission scientifique dans le domaine spatial. CHEOPS a été lancée en décembre 2019. Elle a récemment débuté ses premières opérations scientifiques, qui devraient durer 3 années et demi.

Les publications du Swiss Committee on Space Research et de l’Académie suisse des sciences naturelles présentent 60 opérations suisses de recherche spatiale.

weltraumwissenschaften02
Image 1 © Université de Berne
weltraumwissenschaften03
Image 2

Informations complémentaires

https://www.sbfi.admin.ch/content/sbfi/fr/home/recherche-et-innovation/affaires-spatiales/sciences-spatiales.html