Conférence mondiale des journalistes scientifiques

36 fenêtres ouvertes sur le monde scientifique suisse

lounge

Lausanne a accueilli en juillet 2019 la Conférence mondiale des journalistes scientifiques (WCSJ), qui a lieu tous les deux ans. Une première, et par conséquent une occasion unique de positionner la Suisse en tête des pôles de référence pour les journalistes scientifiques internationaux.

Le Swiss Science Lounge en quelques chiffres:

  • Hautes écoles participantes: 7
  • Chercheurs-intervenants: 36
  • Public: plus de 450 journalistes internationaux
  • Superficie/aménagement: 50 m2 avec 11 canapés et 15 sièges cubes

Die alle zwei Jahre stattfindende World Conference of Science Journalists (WCSJ) wurde im Juli 2019 erstmals in Lausanne durchgeführt. Sie war eine einzigartige Gelegenheit, die Schweiz in der internationalen Wissenschaftspresse als führenden Standort für Bildung, Forschung und Innovation zu positionieren.

Fakten zur «Swiss Science Lounge»

  • Teilnehmende Hochschulen: 7
  • Forschungspräsentationen: 36
  • Publikum: mehr als 450 ausländische Journalistinnen und Journalisten
  • Grösse: 50 Quadratmeter mit 11 Sofas und 15 Hockern

Les Académies suisses des sciences ont conçu le Swiss Science Lounge comme une vitrine pour les hautes écoles suisses présentes à la conférence. Afin d’offrir une visibilité maximale à l’excellence de la Suisse dans le domaine de la recherche, chacune de ces hautes écoles avait désigné un à six chercheurs pour participer à la WCSJ et se faire connaître auprès de médias internationaux par le biais de mini-présentations. Grâce à leurs 36 power pitches sur des thèmes comme la démocratie, le développement durable ou les activités spatiales, les chercheurs ont pu mettre en avant les qualités de leurs projets et s’adresser à un public en dehors de leur environnement académique habituel. Les journalistes et communicateurs scientifiques ont, pour leur part, fait le plein d’histoires intéressantes pour raconter la science dans leurs publications.

Le fait que la WCSJ se soit déroulée cette fois-ci en Suisse a permis d’organiser des rencontres bilatérales, car des dirigeants politiques de haut niveau avaient fait le déplacement jusqu’à Lausanne. La secrétaire d’État à la formation, à la recherche et à l’innovation Martina Hirayama a rencontré son homologue française, la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation Frédérique Vidal, de même que le commissaire européen à la recherche, à la science et à l’innovation Carlos Moedas et le directeur général de la recherche et de l’innovation de la Commission européenne Jean-Eric Paquet.

Le SEFRI et le réseau swissnex ont apporté un soutien financier au Swiss Science Lounge. Le réseau swissnex était par ailleurs représenté par quatre responsables de la communication venus de ses sites de Boston, du Brésil, de l’Inde et de San Francisco pour nouer des contacts et fournir une aide sur mesure aux journalistes originaires des mêmes parties du globe.


Visiteurs rencontrés au Swiss Science Lounge. Que pensent-ils de la conférence?

Tinsley H. Davis
Directeur général, National Association of Science Writers (NASW), Berkeley

«La Suisse a une excellente réputation. La qualité de cette conférence en a été une preuve supplémentaire: un endroit parfait, sur le campus et en face de l’EPFL, des contenus remarquables et une exposition avec le Swiss Science Lounge impeccablement agencée.»

jurni-02

Boris Vejdovsky
Maître d’enseignement en littérature et culture américaine, Université de Lausanne, Suisse

«Je suis ici pour présenter au Swiss Science Lounge mes travaux sur le rôle des sciences humaines dans les activités de recherche et sur la notion de réalité. Les power pitches sont le format idéal pour nouer des contacts avec d’autres scientifiques et chercheurs et pour rencontrer des journalistes scientifiques du monde entier.»

jurni-01

Helga Rietz
Responsable de la rubrique scientifique

«La conférence permet de parler de la science en Suisse tout en étant dans un contexte global. Cela me rappelle une discussion sur Facebook il y a quelque temps. Quelqu’un a demandé quel était le pays à la pointe de la recherche. Deux tiers des internautes ont répondu: «La Suisse» – à cause du CERN. Et bien sûr, certaines personnes ont fait remarquer que le CERN n’est pas un institut de recherche suisse. Il se trouve qu’il est en Suisse, mais ce n’est pas que cela. Je crois qu’il y a un rapport particulier avec la recherche suisse: tout le monde peut en dire quelque chose, même si le premier mot qui vient à l’esprit est probablement CERN.»

jurni-03

Estrella Burgos
Rédacteur en chef, ¿Cómo ves?, Mexique

«Le journalisme scientifique est plus que jamais essentiel à l’heure où nous devons faire face au changement climatique – il s’agit là d’une véritable crise environnementale – et à de nombreux autres problèmes. Au Mexique, nous ne savons pas grand-chose sur les chercheurs suisses, nous ne savons même pas sur quoi ils travaillent. Grâce au Swiss Science Lounge, j’ai pris conscience du fait que nous devrions nous intéresser un peu plus au monde de la recherche et de la science en Suisse.»

jurni-04

Igor Chlebny
Communicateur scientifique, Université de Neuchâtel, Suisse

«Nous nous employons à développer et à maintenir un dialogue permanent entre le monde scientifique et le grand public. En tant que journalistes et communicateurs scientifiques, nous devons tous relever les mêmes défis. Les conférences de ce type rapprochent les journalistes et les chercheurs et les amènent à réfléchir aux méthodes les plus efficaces pour informer le public et le sensibiliser aux dernières découvertes dans le domaine de la recherche.»

jurni-05

Ankur Paliwal
Conseiller de rédaction, Business Standard India, New Delhi

«La plupart des sessions et notamment celles sur les outils du journalisme d’investigation – par exemple sur les manières de protéger les sources et sur les approches qualitatives pour déchiffrer les communiqués de presse – étaient très utiles et plus que jamais d’actualité. La conférence m’a aussi donné la possibilité de dialoguer avec des confrères journalistes scientifiques ainsi qu’avec des attachés de presse et des chercheurs, et d’échanger avec eux sur les approches qu’ils utilisent pour rédiger des articles scientifiques captivants.»

jurni-06

Susana Irles
Responsable de la communication et des relations avec les médias, ALLEA – Fédération européenne des Académies des sciences, Allemagne

«Alors que le journalisme scientifique est en plein questionnement, cette conférence lui offre l’espace dont il a besoin pour mettre en évidence et discuter les moyens de surmonter cette crise. J’ai trouvé très intéressant d’avoir le point de vue de certains journalistes très expérimentés sur des cas spécifiques en matière d’intégrité de la recherche, de comportements répréhensibles dans le milieu scientifique et de méthodes d’investigation, et sur la manière de repérer des sujets d’articles scientifiques qui soient à la fois inédits et surprenants.»

https://www.sbfi.admin.ch/content/sbfi/fr/home/services/publications/base-de-donnees-des-publications/s-n-2019-3/s-n-2019-3g.html