Collaboration avec les hautes écoles et des institutions de recherche

En tant qu’entreprise, pourquoi travailler pour des institutions de recherche?

schanzer
Christian Schanzer, Chief Operating Officer de SwissNeutronics
Photo © ScanderbegSauer.com

SwissNeutronics, une spin-off du Paul Scherrer Institut (PSI), est spécialisée dans les dispositifs optiques pour les faisceaux de neutrons, qui sont utilisés notamment pour étudier la structure de la matière. Les produits de SwissNeutronics, développés et construits par une équipe d’une vingtaine de personnes, sont livrés dans le monde entier auprès des grands laboratoires de recherche basés sur les neutrons. Christian Schanzer, Chief Operating Officer de SwissNeutronics, rend compte de son expérience.

«Les exigences que doivent remplir les optiques neutroniques sont de plus en plus élevées et spécifiques afin d’améliorer les performances des instruments scientifiques utilisant des faisceaux de neutrons. Les infrastructures disponibles au PSI sont très utiles pour développer ce type d’optiques. Plus particulièrement, l’utilisation de neutrons au PSI permet d’obtenir des preuves directes concernant les nouveaux développements et la qualité de nos produits. Les résultats sont tout à fait convaincants pour nos clients. La proximité géographique et culturelle avec le PSI constitue le fondement d’un partenariat solide et fructueux.

Notre collaboration avec l’ESS (European Spallation Source), qui est en cours de construction en Suède, nous a permis de participer à des événements professionnels internationaux organisés par le Swiss ILO Office. Nous avons ainsi pu identifier les nouvelles opportunités commerciales et parler avec nos clients de longue date et nos nouveaux clients de leurs prochains projets. De cette manière, nous avons pu prendre connaissance de leurs exigences spécifiques et pourrons les informer de l’actualité des optiques neutroniques chez SwissNeutronics. Ces échanges d’informations sont très précieux pour nous, car ils nous permettent de définir et d’adapter nos activités de R&D et commerciales. Et, au final, d’étendre notre portefeuille de clients en Europe.

L’Institut Laue-Langevin (ILL) à Grenoble (France) utilisant le plus grand guide de neutrons, qui est fréquemment mis à niveau avec les dernières technologies de guidage, est un client très important pour nous. Nous sommes heureux d’avoir bénéficié du soutien du Swiss ILO Office lors des réunions de négociation – parfois tendues – entre l’ILL et SwissNeutronics, pour le contrôle de cohérence du flux d’approvisionnement de l’ILL et l’appui apporté à l’offre de SwissNeutronics avec des arguments commerciaux et technologiques.»

www.swissneutronics.ch

«Nous bénéficions d’un vaste réseau de partenaires industriels»

Le Swiss ILO Office est actuellement hébergé par le Swiss Plasma Center (SPC) de l’EPFL et soutenu notamment par le PSI. Quels sont les avantages pour une haute école et un établissement de recherche publics de maintenir un contact étroit avec un office de liaison industrielle? Le point de vue du Prof. Christian Rüegg, membre du comité de direction du PSI, et du Prof. Ambrogio Fasoli, directeur du SPC, tous deux membres du comité directeur du Swiss ILO Office.

ruegg
Prof. Christian Rüegg
Photo: màd / ETHZ

Comment collaborez-vous avec le Swiss ILO Office?
Voici un exemple concret: le PSI est chargé de fournir la contribution en nature de la Suisse à l’ESS (European Spallation Source), en cours de construction à Lund, en Suède. Nous fabriquons les instruments, concevons l’électronique et développons les logiciels pour cette infrastructure. Le Swiss ILO nous aide à identifier les partenaires industriels en Suisse qui nous permettent de satisfaire aux objectifs scientifiques et techniques ambitieux de ces projets.

En tant qu’institutions universitaires et de recherche, quels avantages vous procure votre partenariat avec le Swiss ILO Office?
Nous bénéficions d’un vaste réseau de partenaires industriels, qui nous aident à mener à bien nos autres projets au PSI, par exemple les nouveaux instruments de notre Swiss Spallation Neutron Source (SINQ). Nous sommes souvent à la recherche de produits très spécialisés ou de méthodes avancées qui nécessitent de mettre en commun les activités de R&D. Les entreprises suisses qui comprennent les avantages et les risques à la suite de collaborations passées avec des instituts de recherche suisses et étrangers sont nos meilleurs partenaires. Nous profitons aussi des contacts du Swiss ILO au-delà du Röstigraben et avec les autres institutions suisses participantes ayant des besoins et des projets technologiques similaires.

fasoli
Prof. Ambrogio Fasoli
Photo: màd / ETHZ

Comment collaborez-vous avec le Swiss ILO Office?
Le SPC est un partenaire actif du projet ITER, qui a pour but de démontrer la faisabilité de la fusion nucléaire comme source d’énergie décarbonée à grande échelle. Nous collaborons étroitement avec le Swiss ILO pour faciliter le meilleur accès possible des partenaires industriels suisses aux marchés publics dans le secteur de la fusion, notamment – mais pas seulement – pour l’ITER. Les discussions au sujet des contrats globaux d’approvisionnement pour l’ITER, qui sont volumineux et complexes, sont menées avec le Swiss ILO de façon à maintenir un niveau élevé de sensibilisation aux exigences et défis techniques, ainsi que pour anticiper certains appels d’offres importants.

En tant qu’institutions universitaires et de recherche, quels avantages vous procure votre partenariat avec le Swiss ILO Office?
Pour ses propres besoins en matière de développement et d’approvisionnement industriels, le SPC profite de la vaste base de données des capacités et intérêts industriels en Suisse, qui est constamment mise à jour, ainsi que des contacts et des relations personnelles du Swiss ILO. À travers ses interactions avec le Swiss ILO, la direction du SPC peut avoir une vision globale de l’engagement du secteur privé suisse dans les activités de fusion nucléaire. Dans un certain nombre de cas, le Swiss ILO est également sollicité pour servir d’intermédiaire entre les jeunes scientifiques et ingénieurs et les entreprises suisses afin de faciliter la recherche d’emploi de nos jeunes collaborateurs et, ainsi, de renforcer le lien entre l’industrie et le monde universitaire.

Auteur

Laurent Salzarulo, SEFRI
Conseiller scientifique unité Organisations internationales de recherche

https://www.sbfi.admin.ch/content/sbfi/fr/home/services/publications/base-de-donnees-des-publications/s-n-2019-5/s-n-2019-5d.html