Bachelor intégrant la pratique en tant que filière d’études dans les hautes écoles spécialisées

Les premiers résultats sont disponibles

bachelor-fh_f

En 2014, le Département fédéral de l’économie, de la formation et de la recherche DEFR a lancé, à titre expérimental et pour une durée limitée à fin 2019, la filière d’études bachelor intégrant la pratique (PiBS) en étroite concertation avec les cantons, la Conférence des recteurs des hautes écoles suisses (swissuniversities) et les organisations du monde du travail. Cette filière – une première dans l’admission aux hautes écoles spécialisées – doit contribuer à lutter contre la pénurie de personnel qualifié dans le domaine des mathématiques, de l’informatique, des sciences naturelles et de la technique (MINT). L’évaluation finale de la filière PiBS à l’issue de la phase expérimentale est globalement positive. Les résultats doivent toutefois être interprétés avec prudence étant donné le peu d’années que compte la filière.

Les hautes écoles spécialisées (HES) sont créées dans les années 1990 afin de renforcer la formation professionnelle. Les personnes qui optent pour une formation professionnelle initiale après l’école obligatoire ont ainsi une chance de pouvoir faire ultérieurement des études de degré tertiaire. Les hautes écoles spécialisées se caractérisent par leur enseignement axé sur la pratique et leur recherche et développement orienté vers les applications. Elles ont largement contribué à valoriser la formation professionnelle.

La formation professionnelle: une voie royale

L’admission sans examen dans une haute école spécialisée est possible avec une maturité professionnelle liée à une formation professionnelle initiale dans une profession apparentée au domaine d’études. D’après les chiffres de l’Office fédéral de la statistique, environ 70% des personnes qui commencent un bachelor dans le domaine Technique et IT dans une haute école spécialisée ont un certificat de maturité professionnelle. Comme le montre le graphique ci-après, la maturité professionnelle est la porte d’entrée la plus utilisée pour faire des études dans une haute école spécialisée.

Les titulaires d’une maturité gymnasiale ou d’une maturité professionnelle dans une orientation non apparentée au domaine d’études choisi peuvent eux aussi commencer des études dans une haute école spécialisée à condition toutefois de justifier d’une année de pratique professionnelle (voir tableau).

zulassung_f

Atténuer la pénurie de personnel qualifié

Dans le cadre de l’initiative visant à combattre la pénurie de personnel qualifié qui a été lancée par le DEFR en 2011, une expérience pilote a permis d’explorer de nouvelles voies afin d’enrayer la pénurie de spécialistes dans le domaine des mathématiques, de l’informatique, des sciences naturelles et de la technique. L’une de ces mesures concerne la mise en place à titre temporaire de filières d’études de bachelor intégrant la pratique. Grâce à ces filières, les titulaires d’un certificat de maturité gymnasiale ou d’un certificat de maturité professionnelle dans une orientation non apparentée au domaine d’études choisi peuvent commencer directement des études dans une HES. Pour combler le manque d’expérience du monde du travail des étudiants, les filières d’études de bachelor intégrant la pratique se distinguent toutefois par une durée plus longue et une partie pratique plus grande et plus qualifiante que les programmes bachelor ordinaires: les PiBS durent quatre ans (au lieu de trois), dont 40% en entreprise pour la partie pratique. Au moment de l’admission, le candidat doit en outre posséder un contrat de formation de quatre ans passé avec une entreprise et validé par la HES.

Expérience pilote à durée limitée

Étant donné que les conditions d’admission aux filières PiBS dérogent aux conditions d’admission fixées dans la loi, le DEFR a dû fixer une durée déterminée pour l’expérience pilote par voie d’ordonnance.

Les filières PiBS ont été proposées de 2015 à 2019 dans quatre hautes écoles spécialisées. Parmi les 171 étudiants que comptent ces filières, la plupart sont inscrits à la Haute école spécialisée de la Suisse italienne (SUPSI), à la Haute école spécialisée à distance de Suisse (HESD) ou à la Zürcher Hochschule für angewandte Wissenschaften (ZHAW). L’offre est par ailleurs aussi disponible à la Haute école spécialisée bernoise (BFH) ainsi qu’à la Hochschule für Technik Rapperswil (HSR).

Résultats de l’évaluation finale

Sur mandat du SEFRI, le bureau econcept AG a organisé l’évaluation finale de l’expérience pilote. Une attention particulière a été accordée aux effets de la nouvelle forme d’admission sur le nombre d’étudiants et sur l’orientation pratique des étudiants dans les filières d’études concernées.

L’étude aboutit à une appréciation globale positive des filières PiBS. Les principales conclusions peuvent se résumer comme suit:

  • Conformité des PiBS avérée: la mise en œuvre des PiBS dans les entreprises, les HES et les filières d’études est partout conforme aux dispositions légales.
  • Attractivité pour les étudiants et les entreprises – inscriptions encore peu nombreuses : la combinaison des études et de la pratique contribue en particulier à l’attractivité des PiBS auprès des étudiants. Avec 171 étudiants au total sur une période de quatre ans, le nombre d’inscriptions dans ces filières reste toutefois faible.
  • Bonne mise en œuvre de la phase pilote du PiBS – les compétences acquises à la fin des études sont comparables: la mise en œuvre des PiBS lors de la phase pilote fonctionne dans plusieurs HES et dans les différents modèles de PiBS. On peut affirmer que les étudiants inscrits dans les filières PiBS acquièrent des compétences comparables à la fin des études, même si les données en la matière sont encore peu nombreuses.
  • Contribution à la lutte contre la pénurie de personnel qualifié dans certaines entreprises – trop tôt pour se prononcer sur la présence des diplômés sur le marché du travail : la filière PiBS soutient l’offre en diplômés HES dans le domaine MINT au niveau de l’entreprise et attire en particulier les femmes. Comme les premiers diplômés des filières PiBS ne sont sortis qu’à l’été 2019, il faudra attendre quelques années pour évaluer leur présence sur le marché du travail.
  • Pas d’effet négatif sur la systématique de la formation pendant la phase pilote: la filière PiBS n’a pas entraîné de changement en ce qui concerne l’admission aux HES des titulaires d’un certificat fédéral de capacité et de maturité professionnelle, en ce qui concerne le niveau d’enseignement ou encore sous la forme d’un quelconque effet d’éviction au détriment de places dans les entreprises pour des apprentis du domaine MINT.
  • Hausse attendue de la demande – filtrage par l’entreprise: en cas d’institutionnalisation du PiBS dans le domaine MINT, on peut s’attendre à une hausse de la demande des étudiants. La demande des entreprises pourrait elle aussi croître, même si la pratique actuelle montre que les entreprises font un usage ciblé du PiBS et sont sélectives au niveau du recrutement.

Suite de la procédure

Le Conseil des hautes écoles de la Conférence suisse des hautes écoles a pris acte des résultats de l’évaluation finale de l’expérience pilote PiBS dans les HES et les a approuvés lors de sa séance de novembre 2019. Il souligne que de nouveaux relevés de données ainsi qu’une analyse des effets sont nécessaires pour juger de manière concluante si l’expérience pilote contribue à atténuer la pénurie de personnel qualifié dans le domaine MINT et s’il convient de pérenniser ce modèle d’études.

Il propose dès lors à l’intention du DEFR et du Conseil fédéral de proroger l’expérience pilote PiBS jusqu’à la rentrée 2025 comprise et de réaliser une analyse finale des effets en 2023.

https://www.sbfi.admin.ch/content/sbfi/fr/home/services/publications/base-de-donnees-des-publications/s-n-2019-5/s-n-2019-5h.html