Investir dans l’avenir en encourageant la relève

Une longue tradition suisse consiste à encourager les jeunes talents afin de maintenir un niveau d’excellence dans la formation, la recherche et l’innovation. Les jeunes sont curieux, créatifs, capables d’innover dans un esprit ludique. Ils déploient d’autant mieux leur potentiel que l’on s’y prend tôt pour découvrir et développer leurs aptitudes. C’est pourquoi la Confédération soutient des initiatives telles que les Olympiades de la science, la Fondation Science et jeunesse et la Fondation suisse d’études.

jugend-01
Ralph Eichler, ancien président de l’ETH Zurich et prési­dent de la Fondation Science et jeunesse. Photo: màd
jugend-02
Antonio Loprieno préside la Fondation suisse d’études depuis plus de dix ans. Photo: Jos Schmid
jugend-03
Cyrille Boinay est co-directeur des Olympiades de la science.
Photo: Claudia Christen

Qu’est-ce qui favorise l’émergence de jeunes talents? Le profil de la relève a-t-il changé au cours des dernières années? Ralph Eichler est bien placé pour répondre à ces questions: président en exercice de la Fondation Science et jeunesse et ancien président de l’ETH Zurich, il a lui-même participé, en 1967, au premier concours suisse «La science appelle les jeunes» organisé par la fondation qu’il préside. D’après lui, la motivation intrinsèque à se surpasser est depuis toujours la source et le moteur de l’engagement individuel des jeunes. Mais il constate aussi que la communication a davantage de poids de nos jours: «Les jeunes sont bien plus à l’aise qu’avant face à nos spécialistes et présentent leurs projets avec une compétence remarquable. On voit bien que les écoles mettent davantage l’accent sur cet aspect.» Antonio Loprieno, qui préside le conseil de fondation de la Fondation suisse d’études, observe lui aussi un changement dans le profil des jeunes talents: «Avant, il suffisait d’être bon à l’école ou à l’uni, alors que maintenant, on attend des jeunes scientifiques qu’ils soient capables de rendre leurs travaux compréhensibles. Le talent s’exprime aussi dans l’aptitude à jeter des ponts au-delà de la science, en proposant des applications qui peuvent intéresser l’économie et la société».

L’encouragement des jeunes talents, une longue tradition
La Fondation Science et jeunesse s’engage depuis plus de 50 ans pour l’encouragement de jeunes motivés et créatifs. Lors de l’événement organisé pour les 50 ans de la fondation, en 2017, Ralph Eichler était très impressionné de voir le grand nombre de personnes qui avaient à cœur d’encourager la relève en Suisse – un état de fait confirmé par la participation toujours en hausse aux concours nationaux et par le nombre record de finalistes cette année, même dans le contexte de la crise liée au coronavirus (voir encadré). Le tout soutenu par une équipe de collaborateurs spécialisés dans les domaines des sciences, des techniques et des arts. Les prix spéciaux permettent aux jeunes de participer à des concours internationaux en Europe, aux États-Unis et en Asie, ou encore à la manifestation International Swiss Talent Forum: ces concours leur offrent un tremplin pour affronter les défis mondiaux de notre époque avec des idées novatrices et présenter leurs travaux à un large public. D’ailleurs, l’édition 2021 du concours national de Science et jeunesse est placée sous le thème «Rethinking Surveillance» pour aborder les questions liées à la pandémie.

Des concours pour les élèves
L’encouragement des talents commence tôt en Suisse: à l’école obligatoire, à l’école professionnelle et au gymnase, le personnel enseignant se mobilise chaque année afin de motiver des élèves de 8 à 19 ans, dans toutes les régions, à participer aux Olympiades de la science. Les disciplines les plus diverses y sont représentées: biologie, chimie, géographie, informatique, mathématiques, philosophie, physique, robotique ou économie. Les inscriptions ont doublé en quelques années, ce qui montre le succès de ces Olympiades. Sur les 4000 inscrits en 2019, on comptait 250 finalistes, tous âges confondus, dont un quart s’est qualifié pour les Olympiades internationales. Cyrille Boinay, co-directeur des Olympiades de la science, est enthousiaste face à ces résultats: «Notre société a besoin d’une relève motivée dans les domaines des sciences, des techniques et de l’économie. C’est ce qui nous permettra de relever les défis posés par l’accélération des changements, la course à l’innovation et la numérisation».

Élargir son horizon à tous les niveaux
La Fondation suisse d’études, qui fêtera son 30e anniversaire en 2021, se fait le relais de ce potentiel de croissance. Actuellement, une centaine de manifestations interdisciplinaires s’offrent à 750 élèves de haut niveau. Un cinquième de ces jeunes bénéficient chaque année de bourses qui leur permettent de concrétiser leurs projets de recherche en Suisse ou à l’étranger. La fondation accorde une grande importance au renforcement des liens entre la promotion de la relève et la responsabilité sociale face aux défis d’avenir. Elle axe son activité sur l’encouragement individuel et accompagne de ce fait le développement personnel. Cela permet à des jeunes de tirer le meilleur parti de leurs capacités sans avoir de pression financière trop forte, tout en les incitant à élargir leur horizon au-delà de leurs disciplines favorites. Ainsi outillés, les jeunes seront plus tard en mesure d’assumer leurs responsabilités sociales. Dans ce même esprit, les jeunes talents sont depuis peu représentés au Conseil de fondation et à la commission de l’éducation et sont invités à participer activement à la conception du programme d’encouragement.

Utiliser le potentiel de talents en Suisse
Les trois organisations actives au niveau suisse ne peuvent réaliser leurs activités que grâce aux innombrables heures de travail bénévole et au soutien, tant financier qu’intellectuel, apporté par d’anciens élèves, des associations de soutien, des entreprises, des fondations, des particuliers et les pouvoirs publics. La Confédération les finance toutes les trois dans le but de déployer le potentiel des jeunes talents et de renforcer la position de tête de la Suisse parmi les pays les plus innovants en matière de formation, de recherche et d’innovation.

Pour l’heure, ces trois organisations travaillent en commun à l’élaboration de réseaux d’enseignants et de partenaires et au renforcement de l’encouragement en Suisse romande et en Suisse italienne. Elles mettent l’accent en particulier sur l’égalité des chances dans l’accès aux programmes d’encouragement et sur leur perméabilité. Enfin, elles veillent à la création d’interfaces avec la fondation SwissSkills, dédiée à la promotion des championnats professionnels et dont les finalistes concourent aussi régulièrement à l’International Swiss Talent Forum. Les succès enregistrés sur le long terme au niveau international, comparés à ceux de pays semblables à la Suisse, confirment l’intérêt de commencer tôt l’encouragement des jeunes talents nationaux et la solidité de ce schéma. Les délégations suisses présentes aux compétitions internationales, tout comme les étudiants suisses à l’étranger, se font les ambassadeurs de la créativité et du pouvoir d’innovation de la recherche suisse.

https://www.sbfi.admin.ch/content/sbfi/fr/home/services/publications/base-de-donnees-des-publications/s-n-2020-4/s-n-2020-4e.html