L’initiative nationale d’encouragement «Swiss Personalized Health Network» entre dans sa deuxième phase

En 2017, le SEFRI a lancé l’initiative nationale d’encouragement pour la médecine personnalisée. Un premier bilan montre que le développement de l’infrastructure nationale de données et la coordination entre les acteurs concernés ont été un succès. L’initiative entame maintenant sa deuxième période d’encouragement. Pendant les années 2021 à 2024, l’accent sera mis sur la consolidation du réseau et la pérennisation de l’infrastructure de données nouvellement créée.

health
Pour que les données relatives au domaine de la santé soient disponibles pour la recherche et l’innovation dans la qualité requise, une approche coordonnée et une harmonisation des différents types de données et systèmes d’information sont indispensables. L’initiative nationale d’encouragement pour la médecine personnalisée de la Confédération intervient justement en ce sens. Image: Adobe Stock

Dans le domaine de la santé, de grandes quantités de données sont produites, en particulier des données relatives à l’état de santé des patients. Le terme de «médecine personnalisée» se fonde sur l’idée que, grâce aux nouvelles technologies et méthodes, il est possible de relier et d’évaluer ces données et ainsi d’adapter les approches thérapeutiques au niveau individuel. Il reste toutefois de nombreuses questions en suspens, auxquelles il faudra répondre avant de pouvoir exploiter pleinement le potentiel des données disponibles. Des aspects techniques tels que la sécurité des données personnelles et la comparabilité de données collectées dans des contextes très différents, mais aussi des aspects éthiques et juridiques concernant le partage et la réutilisation des données doivent encore être étudiés.

Première période d’encouragement: développement de l’infrastructure
De par son très bon système de santé et ses excellentes hautes écoles, la Suisse bénéficie de conditions favorables à la recherche en médecine personnalisée. Afin d’exploiter pleinement ce potentiel, le SEFRI a lancé l’initiative «Swiss Personalized Health Network (SPHN)» au cours de la période d’encouragement 2017 à 2020 et l’a soutenue à hauteur de 68 millions de francs. Présidée par l’Académie suisse des sciences médicales (ASSM) et en collaboration avec l’Institut Suisse de Bioinformatique (SIB), l’initiative vise à mettre en place une infrastructure nationale de données cliniques et apparentées. En qualité d’infrastructure première, le « centre de coordination des données » doit aider les hôpitaux universitaires à rendre leurs données cliniques comparables et compatibles (soit interopérables) à long terme. En outre, l’infrastructure informatique BioMedIT gérée par le SIB entend créer un cadre permettant de transmettre et d’évaluer les données cliniques de manière sécurisée.

Au cours des quatre dernières années, le SPHN a appliqué un mélange d’approches top-down et bottom-up pour atteindre ses objectifs. D’une part, il a conclu des conventions de prestations avec tous les hôpitaux universitaires pour des projets de mise en œuvre d’infrastructures permettant la transmission de données dans le cadre de projets de recherche et l’interopérabilité des données. D’autre part, le SPHN a donné aux chercheurs la possibilité de réaliser leurs propres projets par le biais d’appels à projets. Un premier appel visait à développer ou à tester des infrastructures spécifiques (« projets de développement d’infrastructures ») et un deuxième, à tester l’interopérabilité des données dans un domaine de recherche particulier («projets pilotes»). Outre ces activités d’encouragement liées aux projets, les groupes de travail du SPHN se sont engagés à clarifier d’importantes questions éthiques, juridiques et sociales. De plus, ils s’y sont pris suffisamment tôt pour identifier systématiquement les lacunes dans l’infrastructure de données destinées à la recherche en santé, afin de déterminer les besoins pour les activités futures.

Succès et défis
Fin 2020, à mi-période de l’initiative d’encouragement, les premiers projets avaient déjà été menés avec succès. La mise en œuvre des objectifs stratégiques définis dans les conventions de prestations avec les hôpitaux universitaires est en bonne voie. Pas moins de 24 projets de recherche et de développement sont en cours, dont six conjointement avec l’initiative «Personalized Health and Related Technologies» du domaine des EPF. En parallèle, d’importantes harmonisations et définitions de normes ont été réalisées au sein du réseau afin de se rapprocher de l’objectif d’interopérabilité des données cliniques centralisées. Les aspects juridiques et éthiques du Big Data dans le domaine médical ont notamment été intégrés dans l’élaboration d’accords sur le partage et l’utilisation des données cliniques ainsi que des échantillons biologiques.

L’analyse systématique des lacunes effectuée au cours de la première période d’encouragement du SPHN a également révélé que des efforts ciblés supplémentaires étaient nécessaires afin d’exploiter pleinement le potentiel de la recherche dans le domaine de la médecine personnalisée en Suisse. L’évaluation menée par l’International Advisory Board du SPHN a identifié la complexité tant au niveau des données cliniques que du paysage réglementaire suisse comme un défi pour la recherche en médecine fondée sur les données. Cela étant, l’infrastructure informatique BioMedIT permet aux chercheurs d’analyser des données cliniques provenant de différentes sources dans un environnement sécurisé. Toutefois, le rassemblement des données et leur harmonisation représentent des défis majeurs.

Objectifs pour la deuxième période d’encouragement
Pour la seconde période d’encouragement de 2021 à 2024, les Chambres fédérales ont approuvé, sur proposition du Conseil fédéral, un cadre financier de 67 millions de francs pour l’initiative nationale d’encouragement SPHN. Au cours des quatre prochaines années, l’accent sera mis sur la consolidation de l’infrastructure. Fin 2024, le centre de coordination des données doit être transféré dans une structure organisationnelle permanente, ce qui donnera aux chercheurs un accès facilité aux données cliniques et simplifiera leur utilisation de manière pérenne. Afin de poursuivre le développement et de consolider l’infrastructure de recherche, le SPHN lancera à nouveau des appels à projets, comme il l’a fait lors de la première période d’encouragement.

Parallèlement au développement de l’infrastructure, à son exploitation et à la clarification des questions éthiques et juridiques, le SPHN identifiera les points de recoupement avec les cohortes et les sources d’autres données de santé. La création de groupes de travail, l’intensification des échanges entre les parties prenantes et l’élaboration de recommandations permettront de combler les principales lacunes identifiées.

Le projet est en bonne voie
Après une première période de quatre ans, l’initiative d’encouragement SPHN remplit à présent les conditions requises pour faire progresser la médecine personnalisée en Suisse. Celles-ci permettent en effet de mener, dans un nouveau domaine de la médecine, des recherches innovantes dans l’intérêt des patients.

Informations complémentaires

Benedikt Knüsel, SEFRI
Conseiller scientifique, unité Recherche nationale

Nicole Schaad, SEFRI
Cheffe de l’unité Recherche nationale,
Cheffe suppl. de la division Recherche et innovation

www.sphn.ch

https://www.sbfi.admin.ch/content/sbfi/fr/home/services/publications/base-de-donnees-des-publications/s-n-2021-2/s-n-2021-2h.html