Plus-value scientifique grâce à des infrastructures de recherche modernes

Avec des projets de recherche toujours plus multidisciplinaires et le développement progressif de la technologie, le besoin en infrastructures de recherche performantes et librement accessibles va croissant pour toutes les disciplines scientifiques. Dans sa politique d’encouragement, la Confédération opère une distinction entre les infrastructures de recherche nationales et internationales.

Pour les chercheurs de nombreuses disciplines, avoir accès à des infrastructures de recherche est une condition essentielle pour l’acquisition de nouvelles connaissances scientifiques, le développement de leur discipline ou encore l’exploration de nouveaux champs de recherche. La construction de nouvelles infrastructures de recherche et l’extension d’infrastructures existantes ont gagné en importance ces dernières années, ce qui s’est accompagné de besoins de financement accrus. Par ailleurs, les grandes infrastructures de recherche d’importance nationale ou internationale requièrent une coordination sur les plans national et international à moyen et à long termes.

Dans sa politique d’encouragement, la Confédération opère une distinction entre les infrastructures de recherche nationales et internationales. En Suisse, la construction et l’entretien d’infrastructures de recherche relèvent principalement de la compétence des hautes écoles et des institutions de recherche du domaine des EPF. De ce dernier, le Conseil fédéral attend qu’il exploite des infrastructures de recherche qui revêtent une importance sur les plans national et international, qu’il en assure le développement et qu’il les mette à la disposition de la communauté scientifique. Les infrastructures des hautes écoles cantonales sont principalement financées par les institutions elles-mêmes et, de manière subsidiaire, par la Confédération au moyen de contributions de base conformément à la loi sur l’encouragement et la coordination des hautes écoles.

Sur le plan international, la Confédération participe, en collaboration avec d’autres États, au développement et à la gestion d’infrastructures de recherche de grande envergure. Ces infrastructures insufflent des impulsions scientifiques et technologiques qui ont une résonnance au niveau mondial. Une participation ciblée de la Suisse à ces organisations de grande envergure fondées sur des accords de droit international contribue à renforcer sa position dans un domaine de recherche donné. Les chercheurs de Suisse ont ainsi accès aux infrastructures dont ils ont besoin et dont la mise en place et l’exploitation à l’échelle nationale n’auraient pas été possibles ou pertinentes.

Les deux articles ci-après donnent un éclairage sur les deux niveaux. Sont présentés d’une part le processus de la «Feuille de route suisse pour les infrastructures» de recherche et, d’autre part, des changements notables dans l’Installation européenne de rayonnement synchrotron à Grenoble à laquelle la Suisse participe.

https://www.sbfi.admin.ch/content/sbfi/fr/home/services/publications/base-de-donnees-des-publications/s-n-2021-3/s-n-2021-3b.html