Éditorial

Chère lectrice, cher lecteur,

Au cours de la dernière décennie, le Fonds national suisse (FNS) a soutenu des milliers de projets auxquels ont participé des chercheurs de Suisse en collaboration avec des partenaires internationaux aussi bien dans les pays voisins et en Europe que sur les autres continents. Et cette tendance va en s’accentuant. Elle est d’ailleurs confirmée par le rapport Les publications scientifiques en Suisse, 2008-2020. Dans cet état des lieux, le SEFRI met en mots − et en chiffres − l’histoire exemplaire de nos activités de recherche. Car encore une fois, les résultats sont excellents: la Suisse affiche des valeurs toujours aussi élevées en comparaison internationale en ce qui concerne le nombre de publications scientifiques par habitant (2e place) et leur réception (3e place).
Le rapport sur les publications scientifiques montre également combien les collaborations internationales se multiplient dans le domaine de la recherche: 84% de toutes les publications scientifiques en Suisse s’inscrivent dans ce contexte. Les États-Unis sont le partenaire le plus important de la Suisse (co-auteurs dans près de 15% des cas), suivis par l’Italie (8%) et l’Allemagne (7%), puis par la France et le Royaume-Uni (ex aequo avec 6%).

Le fait que les chercheurs de Suisse collaborent principalement avec leurs pairs européens (près d’un tiers des co-publications) ne doit rien au hasard. Les programmes-cadres de l’UE pour la recherche et l’innovation ont fait leurs preuves en tant qu’instruments au service de la coopération transnationale.

Mais n’oublions pas pour autant toute la palette d’instruments dont la Suisse dispose en parallèle pour permettre à ses acteurs du domaine de la recherche et de l’innovation de se créer un réseau sur le plan international.

  • Nous sommes liés aux États-Unis, au Japon, à la Corée du Sud, à l’Afrique du Sud et à bien d’autres pays par des accords bilatéraux sur la recherche. Cette liste est appelée à s’allonger, des entretiens ayant par exemple lieu actuellement avec le Royaume-Uni et Israël.
  • Citons par ailleurs la participation de la Suisse, sur la base d’accords internationaux, à des organisations et infrastructures de recherche multilatérales telles que le CERN, l’Agence spatiale européenne ESA, l’Organisation européenne pour la recherche en astronomie ESO ou le Square Kilometre Array Observatory SKAO, qui est doté du radiotélescope le plus sensible jamais conçu.
  • La coopération internationale relevant des organismes d’encouragement de la Confédération, qui ne cesse de gagner en importance, doit elle aussi être mentionnée. Une déclaration d’intention commune a par exemple été signée entre Innosuisse et l’Israel Innovation Authority il y a quatre ans afin d’encourager les coopérations directes entre la Suisse et Israël. En novembre 2021, le FNS a également signé une déclaration d’intention commune avec la National Science Foundation, l’agence fédérale américaine de promotion de la recherche, posant ainsi les fondements d’une coopération durable.
  • Nous avons aussi Swissnex, le réseau mondial suisse chargé de tisser des liens dans le domaine FRI, qui soutient, sur mandat de la Confédération, le rayonnement international des acteurs privés et publics concernés ainsi que leur participation active à l’échange mondial de connaissances, d’idées et de talents.

Une énumération certes non exhaustive, mais qui suffit à montrer combien la Confédération s’applique à poursuivre la Stratégie internationale de la Suisse dans le domaine formation, recherche et innovation. En décidant de mettre en place des mesures complémentaires pour Horizon Europe, le Conseil fédéral a réaffirmé sa volonté de diversifier la coopération internationale. Son objectif reste l’association de la Suisse à Horizon Europe dans les meilleurs délais. Intensifier et étendre les partenariats bilatéraux en Europe et au-delà est un moyen supplémentaire de renforcer nos activités de recherche et d’innovation.

Martina Hirayama
Secrétaire d’État à la formation, à la recherche et à l’innovation

hir-edito
https://www.sbfi.admin.ch/content/sbfi/fr/home/services/publications/base-de-donnees-des-publications/s-n-2022-3/s-n-2022-3a.html